Petites capsules de langue pour les profs de FLE (2)

J’entends souvent la construction « c’est une personne *que c’est… un ami proche », « c’est un film *que c’est… l’histoire de… » 🙁
Ces constructions sont incorrectes. Vous pouvez utiliser la construction QUE C’EST dans le cas d’une exclamation :
QUE C’EST beau la langue française bien parlée !!!
QUE C’EST beau un coucher de soleil sur la mer !
QUE C’EST bon un café chaud ! etc…

Dans les phrases mal construites avec *que c’est, il faut employer le pronom relatif QUI : c’est une personne QUI est ami proche, c’est un film QUI est l’histoire de… (ou mieux, QUI raconte l’histoire de…)

N’oubliez pas que vous pouvez travailler les pronoms relatifs sur la plateforme https://www.acoprof.net/moodle/ 

 

Utilisation de N’IMPORTE
La structure erronée que l’on entend souvent : *n’importe (pas) le problème, *n’importe (pas) la personne…
Alors qu’il faut dire : PEU IMPORTE le problème, la personne, le sujet, etc…
Et on peut faire n’importe quoi
n’importe où
avec n’importe qui
n’importe comment
…. 🙂

 

J’observe parfois que l’on écrit : je vais *chez-moi, vous allez *chez-elle.

Entre la préposition « chez » et un pronom personnel complément, il N’y a PAS de trait d’union.

Cependant on DOIT mettre un trait d’union après CHEZ, lorsqu’il s’agit d’un mot composé (un nom commun), qui reste toujours invariable. Par exemple : j’aime mon petit chez-moi. Elle rêve d’avoir un nouveau chez-elle. C’est bon d’avoir un chez-soi. Ils apprécient le silence de leur chez-eux. (Un peu comme si vous parliez de votre « choza » 😉 )
Vous pouvez remarquer que dans ce cas, le nom commun est précédé d’un déterminant défini, indéfini, possessif, etc.

A bientôt !

Béatrice Passot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *